DISTRIBUTEUR DE VINS LIBRES ET LUMINEUX EN FINISTÈRE & MORBIHAN

JULIE KARSTEN

Domaine Julie Karsten


LA PHILO DE LA VIGNERONNE

Passionnée par le travail de la terre et amoureuse de la nature, j'incarne la deuxième génération de vignerons de la famille.
Situé sur la rive droite de la côte du Rhône méridionale, mon domaine se trouve tout près du Pont-du-Gard célèbre édifice romain vieux de 2000 ans, sur le flanc sud du village médiéval de Castillon-du-Gard.

Composé d'une dizaine d'hectares, il est à taille humaine ce qui me permet d'être toujours au coeur des choses, actrice de toutes les étapes depuis le travail des terres et la vinification, jusqu'à la commercialisation.
Les vignes sont réparties de part et d'autre du village, la garrigue et ses trésors ne sont jamais bien loin, mais les lieux changent pour mon plus grand plaisir. Différentes ambiances pour différents terroirs!  

Les terres sont menées dès le début dans le respect de l'environnement selon les règles de l'agriculture biologique et sous certification ecocert depuis 1998.

Aucun Intrant, Aucun traitement...


Pas de pesticides de synthèse, ni d'herbicides, ici c'est l'amour de la nature qui prime, une agriculture saine pour des vignes joyeuses, des sols vivants pour des vins vivants !

Pour la petite histoire, c'est en 1993 qu'elle a débuté avec l'acquisition des premières parcelles par ma mère Christine et mon beau-père Pierre Goisbault.

Depuis le domaine a évolué, s'est agrandit au fil du temps...
C'est en 2008 que l'appel de la Terre et l'amour du vin m'ont conduits avec quelques hectares de plus à rejoindre Pierre dans l'aventure...

LES VINS SÉLECTIONNÉS


WINE WILD TASTE

CHRONIQUE D'UNE CUVÉE BIEN AIMÉ


Métaphysique des cuves 🌱🍇🌱
Julie Karsten - Rhône 👩‍🌾🌱🌍
Grenache, Syrah, Cinsault 🍇🍷
Millésime 2019
.
Métaphysique des cuves… mais que se cache t-il bien donc derrière le nom de cette cuvée aux essences philosophiques ? Pour être honnête c’est un peu « Boris cache cache » l'homme tronc, petit déjeuner compris… après 3 grands bols de café face au Ménez Hom je me questionne encore et encore... D’ailleurs le sens du mot ne cesse au travers les siècles, de susciter questionnement et mutation, un peu comme un virus et ses variants, ni voyez là aucun parallèle avec la situation actuelle, Boris est russe, il n’est pas d’Evian.
Partant de ce postulat, on peut donc imaginer et au-delà, j’active ainsi mon droit à l’erreur, à la bonne heure, d’une métaphore sur le processus de fermentation du raisin, qui prenant son bain dans une cuve ou en amphore, va s’élever en toute conscience avec sa qualité, sa quantité et sa relation avec son environnement. Tel est le consensus de l’abstrait qui nous transporte jusqu’au temps d’accoucher d’un assemblage concret. Et ne nous louvoyons pas, ce vin rhodanien à de quoi enchanter le pèlerin, qui sur sa route en quête de sensation sera Ravi avec Shankar, le copain du placard, de se délecter de ce joyeux nectar, un décoiffé de moumoute, un libérateur, El commandante à la calvitie précoce et moustache féroce. Revenons sur terre, au royaume du milieu où le vin coule à foison, Il y a de la matière dans ce flacon, de beaux arômes polissons, une densité bien calibré, un équilibre judicieux, des tanins fondus et muris, une pointe de fraîcheur qui vient contrebalancer cette ossature et ce n’est pas la Nomenklatur qui dira son contraire, ce jus de Julie est fait pour plaire, disons-le haut et clair, tant pis, je vous aurais prévenu.


NEWSLETTER