DISTRIBUTEUR DE VINS LIBRES ET LUMINEUX EN FINISTÈRE & MORBIHAN

Fou de Chêne - Romain Paire


caviste, restaurant, gastronomie, bistronomie, distribution, agent vigneron, bretagne, quimper, finistère sud, finistère, bistro brute, brute, vegan, ecocert, vin bio, vin naturel, rouge, vin rouge, vin nature, vin blanc, domaine des trois orris, les frères gaubert, horizon, occitanie, grenache, syrah, carignan, languedoc

FOU DE CHÊNE 🌱💚🌱

Domaine des Pothiers - Loire  🏡🌱

Chardonnay  🍷
Millésime 2020
---
Romain paire est un vigneron…  hors paire… ouais je sais c’est facile comme jeu de mots mais je pèse et pose sérieusement mes épithètes de patron de Bistro. Faire autant de belles prouesses dans cette jeunesse a de quoi laisser pantois le plus réfractaires des gaulois. Bien entendu ma parole n’a rien d’un apostolat et l'on pourra toujours se toucher le bout de gras a savoir qui aura la plus grosse que papa. Soit, on est tous en quête d’idéal, même en soif d’un Souchon séché sentimental, se tirer le bouchon jusqu’à l’orgasme buccal, s’inventer des mondes à plusieurs décimales, crier l’immonde dans un vide abyssal, alors force est de constater, lucide et enjoué, que ce chardonnay n’a vraiment de rien de banal. Sans trop vouloir m’avancer, l’idée de Romain sur cette cuvée est de prouver ou tout du moins affirmer, que l’on peut élever et vinifier un cépage bourguignon iconique et d’en faire un vin gastronomique en Loire Volcanique. L’élevage en fûts et barriques donnera raison au vigneron, ce jus intense et profond, le deep inside de Mister Hyde, dévoile sous sa robe pâle, de la rondeur et de l’ampleur à en perdre votre appendice nasale dans ce jardin défendu, Eden des bacchanales, qui en guise de bienvenu et comme une secousse tellurique, vous émoustille et fout la frousse à vos glandes sublinguales. Une gourmandise absolue donc, vous rappelant avec insistance vos plus nobles faiblesses, flatté et maté par tant de finesse, envouté à se damner par cette persistante longueur, Dante rétrogradé petit joueur de série A, pantois on s’abandonne dès lors jusqu’à jouir de l’ivresse, l’enfer n’est plus qu’allégresse, et pas besoin d’appeler la madone, tant l’élixir détonne